Logo Usa-expat.tv
  Devenez Fan sur Facebook Suivez nous sur Twitter Abonnez-vous sur YouTubeMondissimo





 
 
Favoris et Partage

La sortie d'avatar de James Cameron en 2009 a tout changé pour Luc Besson. Pendant des années, le directeur français a été harcelé par Jean-Claude Mézières, l'illustrateur derrière la série de bandes dessinées Valérian et Laureline pour en créer une adaptation. Il a toujours répondu négativement, mais après que Cameron ait montré que la technologie n'était pas une barrière, Luc Besson a abandonné son script original et a tout réécrit en partant de zéro. Valérian sort aujourd'hui sur les écrans français et le moins que l'on puisse dire est qu'il fait couler beaucoup d'encre... Il s'agit du plus gros budget de l'Histoire du cinéma français mais le démarrage du film aux USA est une catastrophe avec seulement 17 millions de dollars de recette pour le premier week-end d'exploitation. Les critiques ont déjà commencé et on peut déjà lire que le film est sans originalité ni relief, «Dead on arrival» ou plus explicitement encore «Brought in dead» qui sont deux expressions qui désignent aux États-Unis les patients cliniquement morts dans l’ambulance avant d’avoir réussi à atteindre le premier service d’urgence. Attendons les résultats français...

 
Contenu de la vidéo : La sortie d'avatar de James Cameron en 2009 a tout changé pour Luc Besson. Pendant des années, le directeur français a été harcelé par Jean-Claude Mézières, l'illustrateur derrière la série de bandes dessinées Valérian et Laureline pour en créer une adaptation. Il a toujours répondu négativement, mais après que Cameron ait montré que la technologie n'était pas une barrière, Luc Besson a abandonné son script original et a tout réécrit en partant de zéro. Valérian sort aujourd'hui sur les écrans français et le moins que l'on puisse dire est qu'il fait couler beaucoup d'encre... Il s'agit du plus gros budget de l'Histoire du cinéma français mais le démarrage du film aux USA est une catastrophe avec seulement 17 millions de dollars de recette pour le premier week-end d'exploitation. Les critiques ont déjà commencé et on peut déjà lire que le film est sans originalité ni relief, «Dead on arrival» ou plus explicitement encore «Brought in dead» qui sont deux expressions qui désignent aux États-Unis les patients cliniquement morts dans l’ambulance avant d’avoir réussi à atteindre le premier service d’urgence. Attendons les résultats français...

Mots clés liés : Valérian, critiques, Luc Besson, James Cameron, Jean-Claude Mézières, Valérian et Laureline, sortie en france, sortie aux USA, sortie en salles, résultats

Image pour les réseaux sociaux :